WWW.DIAGONALEDESFOUS.COM
Bienvenue sur le forum des passionnés de trail et ultra !

Si vous n'êtes pas encore inscrit , merci de vous enregistrer et valider le mail d'inscription (vérifier aussi la boite spam) afin de bénéficier de toutes les fonctionnalités du forum. (Moteur de recherche, Ecrire ou répondre à un message, voir les nouveaux messages depuis votre dernière connexion, être averti des réponses à vos messages, éditer votre profil et consulter celui des membres.....)

Si c'est déjà fait, connectez vous à l'aide de votre pseudo et mot de passe...

Si vous avez oublié votre mot de passe, cliquez sur connexion puis "récupérer mon mot de passe" et suivez les instructions...

A tout de suite Wink

Sportivement,

Olivier


CALENDRIER ENTRAINEMENT ET PREPARATION TRAIL / ULTRA TRAIL
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion






Sommaire du forum
Calendrier TrailsDiagonale des fous

Partagez | 
 

 CR - La plus belle course jamais trouvée!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
samontetro
Membre Timide
Membre Timide


Masculin Nombre de messages : 13
Age : 55
Localisation : Grenoble (France)

Infos/Résultats
VMA: 18,3
Niveau: Orange - Confirmé(e)
Proch. course:

MessageSujet: Re: CR - La plus belle course jamais trouvée!   Dim 15 Nov - 1:21

Bravo Toto! C'est quoi 1mn17 devant la joie de tes gamins de franchir la ligne d'arrivée avec toi ? Si tu avais fait 36h, on t'aurait volé 1mn17 de bonheur!
Faudrait qu'on demande à ce qu'ils rallongent la première monté, car en haut on avait encore des choses à se raconter et après c'était plus difficile de parler en courant
Revenir en haut Aller en bas
toto38
Membre Timide
Membre Timide


Masculin Nombre de messages : 12
Age : 42
Localisation : TULLINS FRANCE

MessageSujet: CR - La plus belle course jamais trouvée!   Sam 14 Nov - 20:25

En préambule, on pourrait dire que le grand raid, c’est une
idée de mon club, on en parlait pendant un entrainement et je me suis laissé
tenté… J’ai essayé d’enrôler plus d’un copain mais aucun n’a voulu me supporter
pendant plusieurs dizaines d’heures…





Arrivé à la Réunion, j’avais rendez-vous avec Roland, un
coureur du forum du grand raid. C’est
marrant, on ne se connait pas, on part pour une reco de 4h et on a exactement
le même rythme. En plus, on part sur les mêmes objectifs : 30-35h… On sera
par la suite ensemble jusqu’à la mi-course.


Avant la course, juste pour vous donner envie, c’était
plage, plage, ballades et piscine sous 30° !!





Le jour de la course, j’ai encore quelques courbatures de la
reco faite avec Roland 4 jours avant… RDV est fixé à la mairie de Saint Leu
pour prendre le bus. Dans l’attente, on discute, certains sont déjà dans la
course, concentrés et d’autres en profitent pour dormir un peu.





Arrivé au stade du départ, c’est sous une pluie battante que
nous attendons. Je retrouve sans aucune difficulté (vu sa taille de géant)
Samontetro et on discute en attendant. Le plus drôle, c’est que c’est de la
pluie chaude. C’est GENIAL !! On va monter au sommet sous la pluie, on ne
va pas trop transpirer comme ça… Sauf que les locaux l’ont mauvaise, ils ont
froid, eux !








00h00 : le départ est donné. Lors de la reco, je
m’étais dit qu’il fallait se méfier de ce premier tronçon très roulant. En
effet, on part très vite, et je me mets rapidement en mode économie d’énergie. Je suis décidé à arriver frais au sommet du
Taïbit (c'est-à-dire à 80km) et c’est là que course commencera…


On traverse des torrents de boue, nos pieds font foc-foc, et
trempé pour trempé, autant aller tout droit et ne pas chercher à éviter les
mares à boue…


Arrivé au début de la 1ere grosse difficulté, il faut
monter, monter et monter encore.


C’est fou cette montée : on est parfois obligé
d’escalader, les mains au même niveau que les pieds. Avec Samontetro, on en
profite pour faire les pitres, on discute, on refait le monde, au mileu des
coureurs super absorbés. En fait comme on m’avait dit : « si t’arrive
à parler, c’est que t’es bien » ! Alors on a parlé, parlé et parlé.
Il y en a bien quelques uns qui ont essayé de nous séparer, mais on parlait
plus fort encore !! Il y en a bien quelques uns qui ont essayé de nous
séparer, mais on parlait plus fort encore !!





Après 5h30 et 30km, on atteint enfin le sommet à
2500m !


Au sommet quand le soleil se lève sans pluie , au
milieu de nulle part, on tombe sur un gros ravito. C’est assez surprenant, en
fait je ne m’attendais pas à un ravito ici.
On goutte à l’hospitalité des locaux, à leur accueil et à leur bonne
bouffe. Direction la plaine des sables, un paradis lunaire où rien ne pousse.
On monte après au fameux oratoire Ste Thérèse, un lieu mythique sur la course.
Les paysages sont absolument superbes. C’est nu, désertique, et à l’oratoire,
on arrive sur une végétation dense, humide. Peu après, on arrive dans un paysage du Jura, avec ses vaches, ses
ruisseaux ses herbes hautes…





L’arrivée à Cilaos marque déjà un tournant dans la course,
on commence à être fatigué. Là-bas m’attend la famille. C’est top !: Les
enfants accourent et me sautent dans les bras. Je savoure ces moments intenses
de partage et de communion avec eux. Quelle joie ! Je décide alors de
prendre un peu de temps en famille, je resterai à Cilaos près de 3heures !
On a mangé, on s’est reposé, on a discuté et joué en famille.


C’est là qu’est le seul point noir de ma course :
j’avais une toute petite ampoule au pied. Prudent, je suis allé voir les
podologues pour la percer et mettre de l’éosine à la place. Jusque là OK tout
va bien sauf qu’ils ont mis sur chaque pied une bande autocollante. Mal posée
avec une pliure, elles finiront 2h plus
tard à me faire de grosses ampoules sous chaque pied qui m’ont pas mal
handicapé.


Quand j’ai réalisé qu’il fallait repartir, je me suis tout
de suite dit que j’avais joué ma course en prenant une telle pause. Mais en
fait dès les premiers tours de roue, je me suis trouvé super frais ! en fait,
ca a été super de s’arrêter et de recharger les batteries aussi
longtemps ! Pour monter le Taibit, ca a été facile !!





Arrivé à Marlat, la douleur dans les pieds est intense, les
ampoules ont percé et la chair est à nu: je ne peux plus poser l’avant du pied,
et comme on a que des marches à descendre ou à monter, je compense en posant d’abord
le talon. Plus question maintenant de courir tant que je ne guéri pas. J’avais
entendu un gars disant qu’il avait eu un pareil problème, et qu’au bout
d’un moment, l’ampoule finissait par cicatriser…


Arrivé à Grand Place à minuit, soit 24h après le départ, je
suis crevé de sommeil. Il faut que je dorme, je fini par faire des tout-droits
en courant. Ce n’est pas bon signe. Je m’arrête 25mn, c’est super frais que je
repars. La douleur aux pieds revient
progressivement…


Et c’est reparti pour 3 heures… En fait, après 3h, je suis à
nouveau crevé de sommeil, il faut que je m’arrête dormir, j’ai des
hallucinations : je croise des personnes sur le bord des chemins ( je me
rappelle un petit garçon avec une lance )! Alors au ravito d’Aurère, c’est
pause obligatoire !


Ne pouvant plus supporter la douleur des ampoules, j’ai
arraché les pansements, mis de l’éosine partout et j’ai badigeonné mes pieds
d’une grosse couche de crème nok. Et tout de suite, la douleur est passée, je
vais enfin pouvoir courir après cet intermède d’une dizaine d’heures je dors 25
minutes pour laisser le temps à la nok de pénétrer et c’est reparti. Je suis
vraiment surpris de voir que je récupère super bien après les 25mn de
repos : je n’ai vraiment pas mal aux jambes et je me commence enfin à m’amuser un peu comme je n’ai plus mal…





Et quand j’arrive à
Deux-Bras, c’est sous un nouveau soleil que je découvre ce ravito
impressionnant : des tentes partout, des militaires partout c’est vraiment
impressionnant ! J’en profite pour m’arrêter manger avant d’attaquer les
dernières difficultés. Je me délecte des saucisses rougaï (j’en recommanderai à
l’arrivée), de poulet délicieux. Je serai bien resté manger mais il faut penser
à repartir. Je me suis arrêté 45 minutes, mais c’est super frais que je repars
à nouveau.





A colorado, je n’ai pas envie de m’arrêter : ma sœur
m’a appelé, je peux faire les 200 premiers. En plus, pour changer, je suis
super bien et on arrive dans une partie roulante, ce serait dommage de casser
le rythme maintenant. Je m’arrête quand même au pointage remplir le camel, je remets
de la nok et je repars. J’ai du m’arrêter en tout et pour tout 2-3 minutes à
Colorado…


La dernier col (le piton batard ) est super : certes il
monte, il monte (mais on devient habitué)mais je le trouve assez roulant. Et je
suis super en forme… On enchaine ensuite par les crêtes vraiment
impressionnantes, le vide à gauche, le vide à droite. Mais mon Dieu que c’est
beau, toujours aussi beau !! Arrivent les 10 derniers kilos. Certes mon
objectif est loupé (entre 30 et 35h) mais il reste 10 bornes : c’est la
fin !! Je jubile, j’ai envie d’embrasser un pauv’ gars assis au milieu de
nulle part mais je continue. Le dernier pointage aux 5 derniers kilo marque la fin. Plus que
de la descente. Je regarde ma montre, il me reste 45mn pour faire les 5 kilomètres.
Toujours avec mes repères de métropolitain, je me dit que ca passe large pour
faire 36h. Mais en fait, plus la montre avance et plus je m’aperçois que la
descente est super technique. Elle est faite de racines, de grosses pierres et
je n’arrive pas à trouver le passage où je peux envoyer. Ca y est, laz descente
est finie, il reste 500 mètres avant la ligne. Je cours de toutes mes forces,
je crie que je veux faire moins de 36h. Devant moi, j’ai les barrières de
sécurité qui nous séparent des voitures (35’58’30). Je franchi la rubalise par un beau
ciseau et je cours entre les voitures (35’58’58). Je suis à 15 à l’heure
et je veux faire moins de 36h. Je rentre sur le stade à toute vitesse
(35h59’15) et mes enfants me sautent dans les bras, ils m’embrassent et me serrent très fort (35h59’45) mais je
veux faire moins de 36h !!! J’arrive sur le stade avec Lorraine dans mes
bras, Quentin qui porte le dossard et déception, il reste 100m à faire !
Je ferai plus de 36h… Je passe la ligne à fond en 36h01’17 ! Quelle joie
quand m^me !! J’ai envie de crier, d’hurler !! Mes enfants me
regardent plein d’admiration mais ils se demandent tout de même ce que je suis réellement :
un fou ou… un fou ?? Ma femme arrive quelques secondes après avec la
dernière (elle n’a pas réussi à suivre) et on s’embrasse tous les 5 !


A l’arrivée, j’ai déjà envie de repartir. Je ne suis même
pas saoulé ! C’est dommage que le coût soit si élevé








Au stade, je ne tarde pas à retrouver Samontetro, on se
prend un bobo, je retrouve également avec plaisir Roland et toute sa petite
famille. On se promet de se revoir.





Il nous reste en famille à faire les grandes ballades
promises pendant la dernière semaine qu’il nous reste.





C’est la plus belle course que je n’ai jamais faite :
les paysages sont à couper le souffle, les réunionnais sont super accueillants,
la logistique de cette course est époustouflante avec ses hélicos et ses
villages ravitos, la bouffe super bonne et la bob se boit tellement bien !


Particularité de cette course : je ne sais pas combien
de marches j’ai monté et descendu. Cela doit être hallucinant et je serai bien
curieu de le savoir…


Autre particularité, les notions de temps/km propres à
elle : sur 1 ravito il y avait cette affiche : « prochain ravito
6 km de descente, prévoir 3-4h » !! Quand on pense que sous notre
latitude, 6km de descente, c’est 25-30minutes ! Il m’en faudra en effet bien 4 pour boucler cette étape…


Merci à mes enfants qui depuis 5 ans ne font pas leurs
nuits. Grâce à eux, j’arrivait à m’endormir super vite et profondément, je
récupérait très bien en 25mn…





Le seul point négatif est la saleté des coureurs. C’est
peut-être la plus belle course que je connaisse
mais c’est aussi celle où j’ai vu le plus de papiers gras ! C’est
vraiment dommage pour une ci-belle ile !
Revenir en haut Aller en bas
 
CR - La plus belle course jamais trouvée!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WWW.DIAGONALEDESFOUS.COM :: Calendrier Trail :: Trail et ultra-trail à l'ile de la Réunion :: La Diagonale des Fous :: Vos Récits...-
Sauter vers: