WWW.DIAGONALEDESFOUS.COM
Bienvenue sur le forum des passionnés de trail et ultra !

Si vous n'êtes pas encore inscrit , merci de vous enregistrer et valider le mail d'inscription (vérifier aussi la boite spam) afin de bénéficier de toutes les fonctionnalités du forum. (Moteur de recherche, Ecrire ou répondre à un message, voir les nouveaux messages depuis votre dernière connexion, être averti des réponses à vos messages, éditer votre profil et consulter celui des membres.....)

Si c'est déjà fait, connectez vous à l'aide de votre pseudo et mot de passe...

Si vous avez oublié votre mot de passe, cliquez sur connexion puis "récupérer mon mot de passe" et suivez les instructions...

A tout de suite Wink

Sportivement,

Olivier


CALENDRIER ENTRAINEMENT ET PREPARATION TRAIL / ULTRA TRAIL
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion






Sommaire du forum
Calendrier TrailsDiagonale des fous

Partagez | 
 

 Récit complet Yannos GRR2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
totototo
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
avatar

Masculin Nombre de messages : 5
Age : 45
Localisation : landudal finistere departement 29

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mer 14 Nov - 0:40

salut,

Tu sais à ce moment la tu gères un peu comme tu peux en fonction de ce qui te reste de lucidité,j'attendais également une amie qui m'a soutenue vaillament durant la troisième nuit...Mais pour boire une bière je suis toujours partant! Alors vu que tu es morbihannais et moi finistérien et que j'ai souvent l'habitude de gambader dans le 56 on aura peut etre l'occasion de se croiser sur un trail et de savourer ensemble ben une...heineken, c'est moi glamour que la Dodo mais bon.....Et je confirme j'ai vu un reportage sur toi et ta future femme sur canal grand raid le lendemain, l'entrée dans le stade,la demande, ta dernière ligne droite en faisant l'avion ....fort sympathique......
Et vive la Réunion meme si on en a bavé pour terminer
Revenir en haut Aller en bas
yannos56
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 37
Localisation : allaire

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 13 Nov - 22:06

Merci! Je suis désolé mais je ne me souviens pas de notre conversation, j'étais vraiment limite (dans tous les sens du terme) à ce moment là... C'est balo, t'aurais pu m'attendre, on aurait bu une dodo à l'arrivée Laughing
Bizarrement ça allait mieux à l'arrivée....
Mais du coup, nous sommes passés sur canal grand raid? car je n'ai pas réussi à retrouver la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
totototo
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
avatar

Masculin Nombre de messages : 5
Age : 45
Localisation : landudal finistere departement 29

MessageSujet: Bravo à toi   Mar 13 Nov - 0:25

salut Yannos

J'ai finis la course en 65h52 et je me souviens t'avoir croisé et discuté plusieurs minutes avec toi lors de la montéé du chemin des anglais ou nous avons échangés sur les effets néfastes du manque de sommeil.Je partais de Grande chaloupe lorsque je t'ai vu arrivé au pointage et j'ai vraiment été soulagé de te voir continuer car etre éliminé si pret du but aurait vraiment été trop cruel surtout quand j'ai vu ensuite sur canal grand raid quel était ton graal . Maintenant bonne récupération et bonne préparation pour le jour J ou plutot pour les 65h55 de fete que vous préparez ,ca vaut au moins çà.....

A + Totototo

Revenir en haut Aller en bas
jahlou
Membre Régulier(e)
Membre Régulier(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 227
Age : 36
Localisation : soustons (landes) // l'entre-deux

Infos/Résultats
VMA: 17 km/h
Niveau:
Proch. course: Euskal Trail 2014 - 130km

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mer 31 Oct - 7:23

félicitations a toi

ton récit est prennant, ça permet de sentir comment les autres traileurs ont vécu la course
plein de bonheur pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
Berty29
Membre Régulier(e)
Membre Régulier(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 233
Age : 47
Localisation : CAST (France)

Infos/Résultats
VMA: 17 + ou -
Niveau: Orange - Confirmé(e)
Proch. course: Ultra des Vagues Belle Ile

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mer 31 Oct - 1:45

Encore bravo cheers

Maintenant, il ne te reste plus qu'à te reposer avant de te lancer dans les préparatifs pour ce "grand" jour qui sera aussi tout aussi inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
TIDJI
Membre Régulier(e)
Membre Régulier(e)


Masculin Nombre de messages : 347
Age : 48
Localisation : BOUSSY SAINT ANTOINE

Infos/Résultats
VMA: 16km/h
Niveau: Orange - Confirmé(e)
Proch. course: GRR 2012

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 22:37

Bravo et félicitations

Tidji
Revenir en haut Aller en bas
chrisfatboy
Membre Hyper Actif(ve)
Membre Hyper Actif(ve)
avatar

Masculin Nombre de messages : 3889
Age : 51
Localisation : Thuir 66300

Infos/Résultats
VMA: 15,9 km/h
Niveau: Orange - Confirmé(e)
Proch. course: 17/05/2015 Trail de Quéribus

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 22:13

pour cette course de fou et longue vie de bonheur à vous deux cheers
Revenir en haut Aller en bas
yannos56
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 37
Localisation : allaire

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 20:51

Merci, c'est vrai qu'il y avait beaucoup d'émotion.... mais ce jour restera gravé!!!
Revenir en haut Aller en bas
Bacchus
Membre Régulier(e)
Membre Régulier(e)


Masculin Nombre de messages : 420
Age : 54
Localisation : Bourgogne - Vezelay

Infos/Résultats
VMA:
Niveau:
Proch. course:

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 19:36

Bravo, quel suspense mais tu es allé au bout.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/jb365grr
Greg974
Membre Régulier(e)
Membre Régulier(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 292
Age : 40
Localisation : St ANDRE

Infos/Résultats
VMA: 16
Niveau: Jaune - Débrouillard(e)
Proch. course: trail du colorado

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 17:34



Et magnifique demande... C'était émouvant à la télé !!!!

Greg
Revenir en haut Aller en bas
mathieu974
Membre Actif(ve)
Membre Actif(ve)
avatar

Masculin Nombre de messages : 1145
Age : 41
Localisation : Rivière st Louis

Infos/Résultats
VMA: 16
Niveau: Orange - Confirmé(e)
Proch. course:

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 14:49

Mémorable, bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://triptrailreunion.over-blog.com/
super papa
Membre Régulier(e)
Membre Régulier(e)


Masculin Nombre de messages : 160
Age : 37
Localisation : Saint Paul

MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 13:32

Bravo.
C'est donc toi qui est passé dans tous les médias pour la cloture de l'édition 2012!
Félicitation pour ta course.
Revenir en haut Aller en bas
yannos56
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
Soyez sympa, je suis un nouveau membre !!
avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 37
Localisation : allaire

MessageSujet: Récit complet Yannos GRR2012    Mar 30 Oct - 11:11

RECIT DIAGONALE DES FOUS 2012 – 170kms 10000m dénivelé

De Yann, un des 5 socios au départ de cette course avec Manu, Ben,Etienne et Natha


Avant la course, je m’étais mis en tête de me filmer pour pouvoir faire un montage vidéo.Les conditions météo défavorables ne m’ont pas incité à sortir l’appareil et je me suis progressivement désintéréssé de cette idée, au point de me délester de mon appareil à Cilaos.(une erreur parmi de nombreuses autres)

Je me suis alors décidé à faire un compte rendu de la course. Je me disais que je voulais commencer à l’écrire dès la course achevée afin que ma mémoire n’en perde aucune miette. Les faits sont tout autres.Je suis plutôt obligé d’attendre quelques jours afin que les flashs, les images reviennent.J’ai parcouru tant de moments en état second que chaque jour qui passe m’apprend encore un peu plus sur ma course. Cela m’effraie davantage car je réalise la difficulté de l’effort et l’état dans lequel j’étais mais cela me rend encore un peu plus fier d’avoir franchi la ligne d’arrivée.

Je m’étais préparé à avoir mal. J’aurai x fois plus mal.

L’arrivée sur le site du départ est précurseure de ce qui m’attend. Nous arrivons quelques minutes avant le départ après des embouteillages, que ce soit sur la route , ou à la présentation des sacs. Nous nous félicitons d’avoir préparé nos sacs assistance par avance, car il n’y en a pas.Il règne une douceur relative avant le départ .Et c’est sous une émotion intense que nous prenons le départ, sous l’hymne de la diagonale qui ajoute une impression solennelle annonciatrice de l’ampleur de l’effort.J’ai besoin de me libérer et je cris à plein poumons pour évacuer tout le stress qui m’envahit.Nous sommes partis, je suis prêt pour la bagarre.Un rapide dernier bisou aux filles en passant et nous reprenons la route.

Au bout de 5-10 minutes, la pluie fait son apparition.Un léger crachin puis une pluie un peu plus soutenue. Mettre ou pas le k-way, toute la stratégie vestimentaire tombe à l’eau, c’est le cas de le dire….

Nous sommes au sein du dernier quart du peloton.Il s’agit sûrement de ma première erreur.Car je souhaite à tout prix ne pas partir trop vite.Et si les premiers kilomètres sont roulants, je freine mon allure dès que je peux. Je me retrouve ainsi sur le sentier de Foc-Foc sur une ascension saccadée, où nous alternons des temps d’ascension avec des temps (parfois longs ) d’arrêt complets qui ne permettent pas de trouver un rythme. La montée jusqu’à Foc-Foc est ainsi avalée sans difficulté grâce aux pauses effectuées, mais j’espérais prendre plus d’avance sur les barrières horaires, et je me battrai toute ma course avec elles.

Déjà sur le bas-côté, les premières défaillances. Nous voyons déjà de nombreux raiders assis, la tête entre les jambes. Je ne m’explique pas comment cela est possible après si peu de kilomètres.

Je suis déjà seul.Cela ne me dérange pas, je m’y suis préparé.Ben et Manu ont pris le large.Etienne et Natha me grignotent minute par minute.J’ai du me facher une bonne fois pour toutes auprès d’Etienne pour lui demander de faire sa course et de ne pas se préoccuper de moi. Je sais que je suis moins fort qu’eux.Je me suis fait opéré en juin, j’ai fait la prépa en essayant de varier pour protéger mon genou.Je suis déjà hyper heureux de faire partie de l’aventure.Le grand raid des pyrénnées a été un test concluant, et m’a fait le plein de confiance.En attendant, mon genou grince et me fait mal. Je pense que c’est la pluie qui le reveille.Arrivé en haut du volcan, je ne le sentirai plus jamais jusqu’à la Redoute.Je me surprendrai même à le solliciter en priorité dans certaines descentes.Allez comprendre….


J’essaye toujours de ne pas me laisser aspirer par tous ces raiders qui doublent à fond de part et d’autres.J’ai une baisse de régime ensuite.J’arrive ainsi au km42 au piton Textor très fatigué.J’y retrouve Natha et Etienne. On s’occupe des pieds d’Etienne. Natha voit tout de suite que je suis en hypo.Il m’incite à manger.

C’est là que le travail des bénévoles va être formidable.Une dame blonde me prend complètement en charge.Je n’ai qu’à me laisser faire, elle remplit mon camel, me donne à manger.Et pendant tout ce temps, elle me parle sans cesse.Elle me rappelle des choses toutes simples, que j’étais en train d’oublier.Elle me parle de « La Redoute »… Vraiment un grand merci à elle. Elle a fait preuve d’une généreuse gentillesse qui restera dans mon cœur.(je vais essayer de la remercier par le biais du site du grand raid)

Nous repartons ensuite avec Etienne et Natha. Très vite, ils me lachent. Je me casse la figure plusieurs fois. Cette descente jusqu’à Mare à Boue me sera pénible , car le terrain est boueux comme jamais et je ne suis vraiment pas à l’aise.Je glisse sur les rondins, et chaque chute me fait perdre le reste de mon capital confiance. J’ai besoin de soutien.J’envoie juste un message à Petit Bouchon pour lui dire que je souffre . La réponse sera fantastique. Le réseau s’est mis en place, et je recevrai des dizaines de textos qui m’accompagneront dans cette épreuve. Chaque message reçu m’aide à avancer.Je ne suis plus tout seul à vouloir réaliser l’exploit.C’est ce qui me manquera beaucoup plus tard dans la course.

J’arrive finalement à Mare à Boue accompagné de David, un réunionnais qui vient rapporter des piles pour son amie qui participe à la course.Sa présence me fait du bien car nous discutons, et cela casse ma routine et me fait oublier un peu toutes les questions que je me pose concernant la course.

Une platrée de pâtes et direction le gite du piton des neiges.La montée sera longue,longue,longue….. Elle sera usante.Les sentiers sont boueux et au bout de quelques kilomètres, je ne cherche plus à l’éviter.Je fonce tout droit, au risque d’y laisser ma chaussure. C’est une partie interminable, je n’en vois pas le bout.Je me pose parfois 5 bonnes minutes pour me refaire une santé. Avec le recul, c’était complètement idiot, car ce n’est pas d’une pause physique dont j’ai besoin mais d’une pause mentale.Je n’ai pas réussi à déconnecter le cerveau et je m’écoute beaucoup trop. La grisaille du temps a éclaboussé mon état d’esprit et je n’arrive pas à prendre du plaisir sur cette partie là.

J’arrive finalement au ravito où je n’ai droit qu’à un fond de soupe et un verre de coca…Il ne reste plus rien.Tant pis, la prochaine étape, c’est Cilaos, et les filles qui m’attendent !

Je fais une descente prudente, ça glisse, et c’est brumeux, on n’y voit pas grand-chose.Je me retrouve sur les fesses plusieurs fois sans gravité, je ne sais pas comment descendre correctement.Nous arrivons enfin sur la route qui nous mène enfin au stade.Cela me fait un bien fou de voir les filles.Je prends une douche, vais manger un morceau puis c’est l’heure de repartir. Je laisse mon buff,l’appareil photo et d’autres affaires aux filles.Il fait toujours aussi brumeux.

Direction l’entrée du sentier du Taibit.Ca grimpe dur, et je m’accroche à un groupe qui avance correctement.Nous entendons dans les hauts-parleurs crier de se depecher pour arriver dans les temps.Je pointe finalement à 22h53.Le poste fermant à 23h. Ouf ! Je suis surpris quand même car je me demande comment en fermant Cilaos à 21h, on peut atteindre le début du sentier à 23h.Finalement , ils allongeront la fermeture du poste jusqu’à 0h.

Un petit coca et je me jette dans l’ascension du Taibit.Je la connais pour l’avoir grimpé il y a 5 ans. Et je compte bien profiter de mon expérience.Je grimpe à un bon rythme, je me souviens bien des différentes parties et j’arrive finalement au sommet pour redescendre sur Marla. Je me sens vraiment bien, et c’est la nuit et les bouchons qui m’empechent d’ aller plus vite. Ma courbe de moral s’est inversé.

J’arrive finalement au poste de Marla où je décide de dormir un petit quart d’heure. Ils ont décalé la fermeture du poste à 4h.Il est 1h49. Mais je suis trop excité pour dormir et je repars donc sans avoir trouvé le sommeil.

Direction sentier scout. J’avance à une allure modérée.Je paye le manque de sommeil à Marla. Mais maintenant, ce n’est plus le moment de s’arrêter pour dormir.Il faut continuer à avancer, c’est ce que je fais.J’ai mis un peu de musique dans les oreilles pour me concentrer sur une chose, c’est avancer.Je sais que dès que le jour se lèvera, tout ira mieux.

Je passe le col de Fourches, là où un malheureux raider trouvera la mort dans le ravin.Je n’éprouve aucun stress ni ne ressens aucun danger sur cette partie. Avec quelques jours passés, cela me fait froid dans le dos de me rendre compte que nous aurions pù être à sa place.Une glissade, une mauvaise appréciation… Oublier le danger est signe d’une lucidité réduite.

J’arrive finalement au poste de sentier scout où je prends le temps de me restaurer.Je me retourne sur la droite et surprise, je vois Etienne et Natha qui sont là.Ils ont fait une pause à ce ravito. Ca me fait vraiment du bien de les voir.Ils me demandent si je peux les suivre, je réponds que oui, j’ai la tête et les jambes.Je prends un café et allons-y. Au bout de 300m de descente, Natha pense avoir perdu sa frontale, elle était autour de son cou….

Tout de suite, je comprends que la mienne est restée au poste. Je l’ai enlevé au moment même où je voyais mes amis et je l’ai posé.L’excitation des retrouvailles m’a completement fait oublier de la reposer dans le sac.Je décide de faire l’aller-retour au plus vite.Mais il y a un bout de chemin à faire .Je commence à faire aussi la descente, mais au bout de quelques minutes, je décide de calmer mes ardeurs. Je me dis que si je dois les retrouver, ça se fera naturellement.

J’arrive au pont où on doit passer un par un.Je crois voir mes amis au 3eme lacet.Je pars comme une bombe dans la montée.J’arrive enfin au poste d’Ilet à Bourses.Ils sont déjà partis (ou ce n’atait pas eux).Tant pis, je prends mon temps pour recharger les accus.Le site est superbe, il fait beau, je profite enfin pleinement de l’aventure.Cela me rappelle le site d’Aurere il y a 5 ans. Quel pied !!!

Direction Grand place les bas.J’avance tranquillement jusqu’à ce poste.Il commence à faire grand chaud maintenant.Je n’ai ni casquette, ni buff, car dans ma gestion de course parfaite, je l’ai filé à Petit Bouchon à Cilaos….

Le plein du camel et c’est reparti.Nous sommes dans Mafate, je ne suis plus dans la course, je fais une immense rando où mes yeux se régalent.Je ne suis plus fatigué, le soleil qui me brûle me nourrit.Le mur qui va jusqu’à Grand place les hauts est avalée sans problème.C’est le début de la difffcile descente de Roche ancrée. Je descends vite. Je me fais une petite frayeur lorsque un des nombreux helicos nous approche de près.Les pales de l’hélico offrent de grosses rafales qui soudainement me rappelle que le ravin est proche.

J’arrive enfin en bas.Désormais, il faut sortir de Mafate, cela passe par une longue remontée jusqu’à Roche Plate, puis l’ascension du Maïdo, annoncé comme le juge de paix de cette 20eme edition de la diagonale.

Il fait très chaud, heureusement nous traversons des cours d’eau qui nous permettent de nous rafraichir et de nous hydrater. Je dépasse des tas de raiders qui cherchent l’ombre sur le côté. Je ne veux pas m’arrêter de peur de ne pas repartir.Je continue donc ma progression, et bien qu’elle soit lente et diffcile, je ne me départis pas de mon attitude positive que j’ai depuis l’entrée dans Mafate. J’encourage tel ou tel raider, je discute avec un raider breton, avec un raider créole dont je ne comprends absolument aucun mot.Je n’ai plus d’eau, aussi je suis content de solliciter un spectateur qui m’offre une gorgée de son eau. Merci à lui. J’arrive finalement au poste de Roche Plate. Il y règne une atmosphère agréable, et tout est réuni pour se reposer.

Je grignote un peu, me ravitaille, me detends un peu avant d’attaquer la montée du Maïdo. Je suis hyper-concentré , on nous a tellement prévenu de la difficulté que je me retrouve finalement un peu déçu.Je monte à mon rythme, en faisant des pauses régulières pour ne pas me mettre dans le rouge.Plus on se rapproche de l’arrivée, plus le groupe dont je fais partie s’étoffe. Je ne sais pas si les jonctions se font par l’avant ou par l’arrière. En tout cas, c’est un sacré peloton qui arrive enfin au sommet. J’y croise mon Petit Bouchon.Je ne souhaite pas m’attarder, je veux rejoindre le ravito et prendre mon temps là bas.

Hélas, le ravito est à 2,5kms du sommet, je me retrouve tout seul.Moi qui espérais discuter un peu avec les filles pour me redonner du courage, c’est raté ! Je repars donc après avoir vainement attendu et espéré les revoir…

On nous a répété que le plus dur était fait, après le Maïdo.Pour moi c’est le début de la galère….

Je n’ai plus les bons réflexes.Je ne regarde pas mon roadbook.C’est une descente de 1300 mètres de dénivelé qui va m’être interminable.De petites remontées usantes jalonnent la première partie. Dans la nuit tombante, j’ai un coup de moins bien. Je ne me suis pas assez alimenté, je commence à avoir des hallucinations. Chaque morceau de bois ou caillou que je vois a des formes distinctes d’animaux.Les feuilles qui sont au sol ont toutes la forme de lettres capitale.Je commence à distinguer des personnages mal définis sur le brd du chemin.Si je ne suis pas inquiet par ces manifestations, je n’ai pas le reflexe de me restaurer.Est ce le manque de sommeil ou l’hypoglycemie qui me fait délirer ?

La 2eme partie de la descente est pire encore. Le chemin est propre mais est constamment fait de rondins que j’ai du mal à discerner à cause de la fatigue et de la brume.Tous les groupes qui me doublent vont trop vite pour moi.Je n’arrive pas à m’accrocher.J’appelle Petit Bouchon mais je ne sais même pas ce que je lui dis. Je suis des gens que j’ai l’impression de connaître. Tout ce qui se passe me parait familier.C’est une partie vraiment compliquée pour moi.J’arrive enfin à l’école de Sans soucis où je retrouve les filles.

Cela me fait à nouveau un bien fou de les revoir.Elles s’occupent de moi, me donnent à manger.Tout de suite, je sens que manger me redonne vie.Je me rends compte de l’état dans lequel j’étais il y a quelques minutes.J’essaye de dormir un peu mais je n’y arrive pas.J’ai tellement peur d’être hors délai.

Le prochain poste ravito est un grand poste, Caro me conseille d’y aller car il n’est qu’à 40 minutes.Je laisse les copines pour continuer la course.Je n’ai plus de batterie sur mon téléphone.Voilà encore une belle erreur.J’ai voulu charger ma montre en priorité, alors que ce sont des messages de soutien qui me feraient du bien, des repères dans la course, car je reçois les pointages de Ben. Cela m’aiderait dans ma progression.

Je repars en courant, j’ai retrouvé de l’énergie. Je suis toujours sujet aux hallucinations.Je passe un sentier qui traverse des arbres morts.Dans mes visions, j’y vois un champs de cadavres…..Vu que je sais que tout ça n’est pas vrai, j’arrive quand même à relativiser !

Au bout de 50 minutes, toujours pas de poste ravito.Je m’arrête pour m’assurer que je ne me suis pas trompé de route.Le Trail de Bourbon passe aussi par là et j’ai peur d’avoir emprunté leur route et pas la nôtre.Je mets plusieurs personnes avec moi dans le doute.Heureusement, il y a toujours un connaisseur qui prend les choses en main et qui fait le guide.

J’arrive enfin au poste de Halte-là, 2eme gros poste ravito.J’y retrouve Natha et Etienne, qui sont prêts à décoller.Je mange un peu de riz-poulet, et vais m’allonger 10 minutes.Je fais tout en 4 eme vitesse au lieu de me poser vraiment.

Lorsque je vais pour chercher mon sac assistance, il n’est pas là. Sur le moment, je ne réalise pas.Mais c’est avec le recul que je me rends compte que c’est un fait important. Tous mes sachets de poudre isotonique, mes barres de céréales censés apporter l’énergie necessaire ne sont pas là. Je pars donc du poste ravito en faisant le plein d’eau et avec trop peu de nourriture. Je manque de lucidité, donc je m’alimente mal et trop peu, ce qui fait que je suis encore moins lucide….Cercle vicieux….

Lorsque je repars, je suis gonflé à bloc, je sais qu’il y a une belle montée.Je la fais à un bon rythme.C’est moi qui emmène le groupe ce coup-ci.J’ai même les félicitations de mon poursuivant qui me dit que j’avance bien.Cela me flatte.Arrivé en haut, j’ai à nouveau un coup de moins bien.

Nous empruntons le chemin Ratineau. C’est le début de mon calvaire.Le chemin est difficile et dans la nuit hyper technique.C’est ma 3eme nuit sans sommeil et j’erre tel un zombie.Je m’allonge sans arrêt pour me reposer, mais mon esprit m’ordonne de me relever pour toujours avancer.C’est ce que je fais dans un état second. Je ne me rends plus compte de l’avancement de la course.J’imagine être éliminé.Il faut dire que je n’ai plus d’heure.Je suis en cruel manque de repères.

Lorsque je retrouve enfin une route avec un bénévole.Celui ci s’empresse de chercher dans son sac personnel pour me donner à manger et à boire.Il sent que je suis « limite ».J’arrive enfin au poste de « La Possession ».Il fait jour, on me dit qu’il est 6h30. Je suis encore en course ! J’en suis agréablement surpris !

Je n’en reviens pas, je suis encore en course.J’en profite pour prendre un peu à manger (trop peu encore une fois).Le même scénario se répète alors.Je retrouve du jus lors des premiers kilomètres puis je m’éteins progressivement.L’eau que j’avale ne suffit pas à relancer la machine.A un moment, j’enlève mes chaussettes, pourquoi ?....

J’entends des tas d’encouragements lorsque je me rapproche du poste de la « Grande Chaloupe ».On me dit de courir.Je le fais machinalement, et heureusement, car je dépasse la barrière horaire de 3 minutes, mais on me laisse en course ! Les autres derrière moi sont éliminés.Que cela doit être dur.Sur le moment je n’y pense pas, je ne comprends même pas trop toute cette agitation.Je réponds juste aux questions du journaliste radio et j’en profite même pour raconter 2-3blagues.Il me demande si je vais finir dernier de la course, je lui certifie que non .

Il me reste 15 kilomètres, j’aimerais tant dormir.A un moment, je me laisse tomber pour dormir.Un réunionnais qui passe par là appelle, il veut m’emmener en ambulance. Je le laisse s’agiter pendant que je me repose.Ces 5 minutes allongé à même le bitume me seront salvatrice.Pendant que j’explique qu’il ne s’agissait pas d’un malaise, je montre au serre-fil qui m’a rejoint que j’ai retrouvé la forme.

Et c’est le cas, on m’explique que si je veux être dans les temps, il ne faut pas trainer.Alors je me mets à courir, à faire la montée comme si c’était la 1ere de la course, je n’ai plus de notion d’heure, aussi lorsque je récupère le dernier groupe, je suis rempli d’une joie intense. Le journaliste de RER radio vient discuter avec moi et me confirme que je suis dans les temps.Je lui explique que je dois finir si je dois réaliser ce pourquoi aussi je suis venu :demander Céline en mariage sur la ligne du stade de la délivrance, le stade de la Redoute.



J’arrive enfin à la fameuse boule du Colorado.Je profite de chaque seconde, je raconte blague sur blague.J’embrasse les bénévoles, puis je repars, je veux finir cette course. Je sais qu’il faut faire attention.La preuve, un raider se blessera et ne pourra finir alors qu’il restait 3 kilomètres…..

J’arrive enfin au pont qui mène à La Redoute.Je suis suivi par le caméraman de Canal Grand Raid qui doit immortaliser ma demande en mariage.Je vois tous les amis qui m’attendent.C’est Etienne qui m’attend en premier en bas. Je tombe dans ses bras et l’embrasse.Il a revetu son beau maillot jaune de finisher, qu’est ce qu’il est beau….

Je passe le pont, une foule immense est là et nous applaudit chaleureusement, quel bonheur ! J’avance, répond au journaliste radio qui me demande pourquoi j’ai un caméraman qui me suit, je lui explique, il se marre.Les gens d’après écoutent la radio et me félicitent, je suis hilare, j’ai le sourire jusqu’aux oreilles.

J’arrive enfin à 100 mètres de l’entrée du Stade.Je me jette dans les bras de Céline, je l’embrasse comme si c’était notre premier baiser…Tous les amis sont là…..Je les serre tous très fort, j’amerais rester 5 minutes dans chacun de leurs bras.L’émotion est à son comble.Tout se mélange dans ma tête.J’ai envie de pleurer, mais rien ne viendra, il faudra attendre le lendemain….

Je rentre dans le stade main dans la main avec Céline, je la demande en mariage.Sa tête est décomposée.Elle pleure à chaudes larmes mais parvient quand même à me dire « oui » .Il reste 100 mètres. Je tiens à finir en courant.C’est ce que je fais dans une ambiance indescriptible.

Je passe enfin la ligne en tant que finisher au bout de 65h55minutes.On me passe la médaille autour du cou. Je récupère le tee-shirt où est inscrit « J’ai survécu ».Je suis dans un état d’euphorie complet.Nous sommes reçus 5/5 avec les copains, c’est tout simplement fabuleux.

L’heure du bilan n’est pas arrivé.Je sais que j’ai excessivement mal géré mon alimentation, mes temps de sommeil, mon équipement, ma course….
Je sais que j’aurai pu faire mieux, que j’aurai pu gagner du temps….
Mais je sais aussi que tout aurait pu s’arrêter, que j’aurais pu être mis hors course…
Alors voir mon nom dans le classement….Que de bonheur….

Désormais, je suis un « fou », rien ni personne ne pourra jamais me l’enlever, je l’ai fait.

Fin de l’histoire, début de la prochaine…..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récit complet Yannos GRR2012    

Revenir en haut Aller en bas
 
Récit complet Yannos GRR2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WWW.DIAGONALEDESFOUS.COM :: Calendrier Trail :: Trail et ultra-trail à l'ile de la Réunion :: La Diagonale des Fous :: Vos Récits...-
Sauter vers: